Avec des iPad Pro talonnants les performances des processeurs d’intel, je me suis posé pas mal de questions quand à l’avenir du mac, de l’avenir du Hackintosh. Je vous livre ma petite réflexion.

Tour d’horizon

Apple n’as jamais aimé être dépendant d’un constructeur et l’a bien démontré ces dernières années en internalisant les compétences qu’elle allait chercher autre part. Le plus notable ayant été la création des puces Ax, basées sur une architecture ARM, et propulsant les iPad et iPhone depuis quelques années maintenant. Tout le monde s’accordant pour saluer la performance et conception de ces puces.

Transition PowerPc vers Intel

Par le passé, la marque à la pomme à déjà réussi une transition de type de processeurs, en passant du PowerPC à Intel sur leurs Macs. Migration plutôt réussie dans le temps, et dont les éditeurs de logiciels s’étaient plutôt rapidement accommodés.

Apple utilise maintenant depuis quelques temps la même architecture et globalement le même matériel qu’un PC standard. C’est d’ailleurs ce qui à permis au Hackintosh d’exister.

Tout le monde veut des Macbook ARM.

Pourquoi Apple ne répéterais pas l’histoire en produisant eux même les futurs puces de leurs machines ?

Vous ne le savez pas encore, mais vous voulez vraiment un futur Macbook sous architecture ARM. Les bénéfices sont évidents pour ce types de machines.

  • meilleures performances
  • meilleure autonomie
  • peu de chauffe
  • meilleur chip graphique

Imaginez simplement par exemple, dans le même format que le Macbook air, l’autonomie que pourrait avoir cette machine, (avec autant de place pour la batterie qu’actuellement) lorsqu’on la compare à l’autonomie de plusieurs jours d’un iPad Pro, malgré la bien plus faible batterie de ce dernier. L’on obtiendrait une machine disposant d’une autonomie de plusieurs jours, lorsque l’on se limite actuellement à 6-8h suivant l’usage.

On a vu lors des derniers benchmarks de l’iPad Pro, que les performances de son CPU étaient quasiment comparables à celles du petit i3 équipant les nouveaux Macbooks, la partie graphique étant tout aussi impressionnante. Lorsqu’on y regarde de plus près, qu’est ce qui empêcherais Apple d’opérer ce changement radical ?

Quid des logiciels ?

On voit déjà depuis quelques temps la volonté d’Apple de fermer tout l’écosystème logiciel en forçant les développeurs à publier leurs apps sur l’App Store. L’évidence la plus flagrante est l’abandon pur et simple de l’option dans macOS Sierra d’autoriser l’utilisation d’applications téléchargés n’importe où sur Internet, en ne proposant uniquement les options “App Store” et “App Store et développeurs identifiés”, donc validés par Apple.

Développer une application pour macOS nécessite aujourd’hui d’utiliser Xcode, comme pour une application iOS. Mais regardons les petits changements subtils qu’Apple à opéré récemment.

L’exemple iOS

Pour proposer une App sur le store iOS, il est maintenant possible d’envoyer une sorte de binaire compilé à Apple, une sorte de version semi-compilée avec un descripteur. Apple se charge pour vous de compiler et de proposer des versions différentes en fonction des appareils où l’app est téléchargée.

Bitcode

De cette manière l’app que vous téléchargerez depuis le store sera plus légère et nous n’aurez, par exemple, pas de code 32 bits sur votre iPhone 6s, et pas de code 64 bits sur votre iPhone 5.

Derrière cette optimisation non négligeable, Apple à joué un jeu très malin. Rien ne les empêcherait demain par exemple, d’entièrement changer l’architecture et le type de processeurs de leurs iPhones de manière transparente pour le développeur et l’utilisateur, vu qu’ils en détiennent le compilateur final, transformant votre code issu d’Xcode en binaire utilisable par votre iPhone.

Qu’est ce qui empêcherais Apple de procéder au même changement sur le Mac App Store ? Absolument rien, et je pense que c’est en route, l’avenir nous dira si j’avais raison. Apple pourrait ainsi changer les spécs de ses machines à leur gré sans être tributaire et dépendant des nouvelles avancées d’Intel dans le domaine, ils maitriseraient alors de nouveau toute la chaîne du hardware au software, le tout leur permettant de réellement “sceller” leurs machines, et ainsi procéder à ce hold-up géant auprès des développeurs en récupérant X% de leurs ventes. Tout ça derrière un argument de sécurité et de “developper/user friendly”.

Car au final… l’App store est bien l’unique manière d’installer des applications sur l’iPhone, et personne ne s’en émeut spécialement…

LE rêve d’Apple

Si Apple opère ce changement, que je pense tout à fait réalisable, Apple réussirait à complètement maitriser tout son écosystème et être parfaitement indépendant, comme cela à toujours été son souhait. Ils maîtriseraient le coté hardware de bout en bout, ainsi que le software. Le tout en gagnant de belles marges sur les ventes.

Du coté Hackintosh

Ca embêterais un peu les gens quand même. Si Apple produit leurs propres processeurs, il est fort à parier qu’aucun fondeur non relié à Apple en obtiennent les plans ni l’architecture. Réglé serait le “problème” du Hackintosh pour Apple, vu qu’aucun processeur ou carte mère issue du monde “PC” ne serait compatible avec leur nouvelle architecture entièrement spécifique.

Du coté Utilisateur

Fort à parier que personne n’y verrait un quelconque problème. Les machines resteraient puissantes et utilisables en gagnant certainement de l’autonomie ainsi qu’une vélocité importante.

Le principal problème serait du coté des développeurs indépendants qui ont encore la possibilité aujourd’hui de passer outre l’App Store pour proposer leurs applications, chose devenant peut-être plus compliquée dans ce scénario de fermeture. L’avenir nous dira ce qu’il en est.